hiver_anael

 

Par Anaël Turcotte

Je profite de ma dernière chronique de l’année pour le souligner : 2016 a été une année horrible. Des gens connus et adorés sont morts à tous les mois. David Bowie, Alan Rickman, Leonard Cohen, Dominique Lévesque… et vous savez le pire dans tout ça? 2017 sera potentiellement aussi terrible! Eh oui. La population vieillit, ce qui veut dire que nos idoles vieillissent et fannent. Ce n’était qu’une année de plus dans le tas des calendriers qui s’empilent et des cimetières qui se remplissent.

 

Ceci étant dit : joyeuses Fêtes à tous et à toutes, hein! Vous attendiez ce moment pour enfin rassembler votre famille? C’est bien triste. Je suis dans le même bateau que vous.

 

On nous répète à longueur d’année que la Terre s’en va à la dérive. Des espèces animales disparaissent, les ressources naturelles se font plus rares, et pourtant notre rythme de vie augmente, les dates passent de plus en plus vite sous nos yeux. À vrai dire, je regrette que le calendrier soit circulaire. Si le temps était complètement linéaire, si on n’avait pas de saisons, ni d’années, ni d’événements récurrents à calculer et à prévoir, peut-être qu’on se concentrerait plus aisément sur l’avenir ou sur le présent? On vit dans l’attente perpétuelle de la prochaine fin de semaine, de la prochaine fête, du prochain congé, de la prochaine année, de la prochaine raison de s’oublier et d’avoir hâte à quelque chose d’autre.

 

J’espère que vous aurez de beaux cadeaux. Ça va faire du bien, de prendre quelques jours pour faire ce qu’on aime et voir ceux qui nous sont chers, non?

 

On se laisse guider par les couleurs et les saveurs qu’on nous impose sur 365 jours et on recommence le cycle. On est bons pour se mettre des œillères. La vie est un tunnel parsemé de factures, et si on est chanceux on va aller à la pêche trois fois quand on sera à la retraite, avant de passer l’arme à gauche.

 

Bon, maintenant que vous êtes démoralisés, je peux arrêter de chialer.

 

Tous ces beaux moments qui s’en viennent sont une occasion de vous demander ce qui est important pour vous, ce qui vous pousse à vous lever le matin. Est-ce l’argent? La sécurité? Vivre le plus longtemps possible? Sourire? Faire du bien? Jouer? Rire? Les câlins? Danser? Chanter? Flatter un chat? Il n’y a pas de honte à trouver du plaisir dans le fait de s’asseoir sur une chaise berçante et de regarder l’horizon. À notre époque, c’est presque honteux à assumer, d’aimer ne rien faire parfois.

 

Se recentrer est un exercice difficile, car cela nous place devant nos erreurs. Réaliser qu’on travaille trop, c’est aussi réaliser qu’on a peut-être perdu des moments précieux. Réaliser qu’on dépense trop, c’est réaliser qu’on n’apprécie peut-être pas assez l’essentiel.

 

Gardez cela en tête lorsque vous ferez vos résolutions de 2017! Portez-vous bien, et joyeuses Fêtes à tous et à toutes.

Suivez-nous!