Josée_mars_2018_#1

 

Par Josée Marquis

Il s’est fait détrôner par l’infiniment petit, le techno, le multifonctionnel, l’intelligent… Il n’en demeure pas moins que le bon vieux téléphone fût, jadis, un objet d’art en soi. Admirez le design de ces appareils vintages aux fioritures élégantes qui se sont transformés au fil des ans. Le fameux téléphone à roulette aux couleurs vives des années 70 s’est transformé en appareil très géométrique au look épuré avec l’arrivée du « Touch-Tone ». Rien à voir avec ces mini-ordinateurs qui sont devenus l’ombre de notre main…

Ils étaient jolis, mais aussi vivants. Dans une maisonnée, lorsque la sonnerie du téléphone retentissait, c’était péché de laisser sonner plus de trois coups! Pas de répondeur, pas d’afficheur. On allait manquer l’appel de notre vie! Parfois même, on répondait plusieurs en même temps, et on étirait un peu le moment de raccrocher pour espionner les conversations des grands. Et que dire de cette fixation adolescente pour la monopolisation de l’appareil téléphonique familial.  C’était devenu ma religion!

Je passais des heures au téléphone avec ma meilleure amie. Qu’est-ce qu’on disait? Tout et rien à la fois. Aussitôt débarquée de l’autobus, j’envahissais la ligne pour des heures. On partageait simplement du temps ensemble. On ne savait tellement plus quoi dire qu’on s’inventait des dialectes pour se faire rire! Vivement l’arrivée de la fonction « appel en attente » pour remplacer la fameuse tonalité de la ligne occupée!

Aujourd’hui, ces appels interminables sont remplacés par les textos, la messagerie instantanée. On n’attend plus d’appels, mais une notification. Les temps changent, mais le besoin de communiquer demeure présent. Différemment. Évolution? C’est une question.

On peut bien s’extasier devant l’évolution technologique, mais je suis de cette génération qui a vu naitre le téléphone sans fil! Et là, je ne parle pas du téléphone mobile, mais bien de cette boîte rectangulaire munie d’une antenne d’un mètre de long qui venait remplacer le fil en boudin du téléphone à cadran. Mon père était dans le jardin et je pouvais le trouver grâce à cette immense antenne : « Papa, téléphone »! Et j’entendais: « Quoi? Attends un peu… Je vais me rapprocher de la maison, ça griche! » Dire qu’on se sentait tellement futuristes!

Je me sens privilégiée d’avoir grandi dans les 80’s, à voir le téléphone se transformer tant par son look que par sa fonctionnalité. Est-ce que je suis nostalgique du temps où l’expression « longue distance » créait un sentiment d’urgence profond ou encore, générait quelques saints mots dus à la longueur de sa composition via la roulette? Quoi? Demandez à Gaston, il s’y connait en matière de téléfon!

Suivez-nous!