personnages-communiquant

 

Par Léonie Gagnon

Mai est le mois de la communication. Mais la communication, au fait, c’est quoi?

Assez vaste comme concept. Surtout que la communication est partout. Paul Watzlawick, théoricien de la communication du siècle dernier, affirmait qu’ « on ne peut pas ne pas communiquer ». L’idée, en somme, c’est que toutes nos actions et paroles véhiculent nécessairement un sens.  Tout ce que vous êtes et faites communique quelque chose sur vous, que ce soit votre choix vestimentaire, votre posture, les expressions que vous choisissez, ou encore l’accent à travers lequel vous les exprimez. Ce que Paul Watzlawick postulait également, c’était que la communication était caractéristique de notre condition humaine. La communication donc, serait d’une part cet univers omniprésent des significations, et notre capacité unique à le déchiffrer.

Car, il faut bien se l’admettre, en tant qu’espèce nous sommes dotés d’un prodigieux système d’interprétation des significations. Sans relâche, nos petits neurones analysent un ensemble considérable de données, superposant les informations auditives et visuelles perçues dans l’environnement à de nombreux paramètres linguistiques, culturels et contextuels. Ce qu’il y a d’encore plus impressionnant, c’est que malgré les milliers de possibilités interprétatives, la plupart du temps, on finit par se comprendre. Les malentendus demeurent des événements peu communs et ont le  mérite de rarement durer bien longtemps (advenant bien sûr que l’objectif de nos interlocuteurs soit de réellement se comprendre, mais ça c’est une toute autre histoire).

La communication est aussi un objet d’étude qui, au fil du temps, a été  décortiqué à travers différents prismes : la religion, la psychologie, la philosophie. Bien avant notre ère, le langage et la capacité de communiquer étaient considérés comme des facultés intrinsèques, mystérieuses et divines. À certains moments, les fonctions de communication ont été réduites à un ensemble de réponses complexes aux stimuli de l’environnement. Et à d’autres, l’acte de communication, pilier de la réalisation spirituelle et sociale, était considéré comme un outil  d’influence puissant et apte à modeler l’homme et sa réalité – Aristote et sa rhétorique du discours en sont de bons exemples.

Aujourd’hui, lorsqu’on parle de communication, on fait moins référence à ses aboutissants psychologiques ou philosophiques, qu’à ses implications cliniques et pratiques. La communication, de nos jours, est une fonction cognitive bien orchestrée ou alors, ce domaine professionnel en croissance constante dans lequel nous sommes de plus en plus nombreux à œuvrer.

En ces quelques derniers jours de mai, où nous célébrons ce phénomène aux multiples dimensions, je vous retourne la question: c’est quoi pour vous, la communication?

Suivez-nous!