Je suis une vieille personne prisonnière d’un corps d’homme de 30 ans. J’ai littéralement 104 ans dans ma tête, et j’utilise littéralement au sens littéral. Quand je visite ma grand-mère, et que je la vois agir, je me dis que je deviendrai probablement comme elle, que je le veuille ou non. Je ne dirai pas « vous aussi » avec le sourire, quand la fille à la caisse me dira « bonne journée » en me remettant ma facture. Je dirai juste « merci », et fuirai comme un sauvage. Je le fais déjà. C’est un idéal de vie qui se cultive.

Continue reading
Suivez-nous!